Visualisation créatrice : Les stages

March 11, 2016

Pourquoi ces différents niveaux ?

 

    Il me semblait évident avant d’aborder la visualisation créatrice, que je devais dans un premier temps expliquer les bases de l’état d’être serein dans lequel il faut pouvoir s’immerger quand on veut agir sur sa vie.

On peut aussi créer des avatars de cauchemars si on n’y fait pas attention ! J’exagère, bien sûr, mais pas tant que cela.

Je m’explique : Vouloir changer de travail, de mode de vie, est une chose. Mais faut-il encore que ce changement corresponde à ce qui nous convient le mieux.

 

Il faut donc savoir se poser les bonnes questions :

« Est-ce que ce changement de travail est une fuite ? »

« Est-ce vraiment ce que je veux et quel serait dans ce cas, le travail qui répondrait le mieux à mes attentes ?"

 

Quelles sont-elles ces attentes ?

 

"Sont-elles cohérentes avec ce que je recherche pour mon mieux être ?"

"Pourrais-je me projeter encore plus, en mettant en avant mes acquis présents et futurs ?"

 

Qu’elles sont mes ressources, mes possibilités d’évoluer ?

Est-ce que ce projet dans sa globalité est totalement en adéquation avec tous les secteurs de ma vie ?

 

Etre connectée avec son être profond ou sa véritable nature, n’est pas une mince affaire… Donc dans un premier niveau de stage, il faut pouvoir savoir comment s’aligner avec notre Soi profond. (Le Soi dont parle Karlfried Graf Dürckheim). C'est-à-dire notre partie divine, ou encore cette partie créatrice de nous même, que certains nomment aussi l’âme, notre guide intérieur, ou encore notre petite voix.

 

« Lorsque la pensée et l’émotion ne font plus qu’un  vous commanderez à la montagne de se déplacer et  la montagne se déplacera. »

 

De nombreux chercheurs s’intéressent désormais de plus en plus à ce rapport avec le Field d’informations quantique, comme le fit Emile Pinel lorsqu’il étudia les champs morphogénétiques, d’après les travaux sur le champ informel de Gurdwich en 1904.

 

Lorsque je compris que j’étais actrice et non victime de ce qui m’arrivait, je décidais d’expérimenter une nouvelle maxime :

 

« Ce n’est plus moi qui m’adapterai au monde, mais le monde qui s’adaptera à moi ».

 

Je l’avoue, au premier abord cela semble bien présomptueux de ma part ! (sourire). Mais, je formulais cette maxime de la façon qui me semblait être la plus radicale possible, afin de changer tout aussi radicalement mon point de vue de victime en celui d’un Etre qui serait bien le créateur de son devenir. Il me fallait donc une formulation forte et déterminée.

 

Plutôt que de subir les évènements, j’ai commencé à me poser des questions professionnelles importantes :

 

« Est-ce que je veux continuer à travailler toute l’année 12 à 14 heures par jour, tout en gardant mes revenus ? Quel type de mission me conviendrait le mieux ? Avec qui je désire travailler et pour qui ? Qu’est ce qui m’empêche d’imaginer d’autres scénarii ? Qu’est ce que j’aimerais faire pour moi-même ? Qu’est ce que je dois modifier pour que ce que je désire maintenant arrive ?

 

Après avoir répondu à ces différentes problématiques, je suis allée chercher les réponses qui me convenaient le mieux. Bien sûr, je ne savais pas encore comment mettre en place les stratégies pour y arriver. Mais j’avais une vision de plus en plus claire du mode de vie professionnel que j’aimerais mener. Et cette intension nouvelle a créé des réponses de la vie, différentes elles aussi, car bien plus en accord avec ce que je venais de déterminer. La visualisation créatrice est donc devenue une voie d’accès à la construction de mon futur.

 

Mais établir un scénario de ce dernier comporte des règles de base, tout comme l’écriture d’un synopsis de film ou d’un roman. Il faut pouvoir définir clairement les situations, les personnages en présence, le décor, etc. Et ne pas oublier que nous avons la possibilité de laisser notre imaginaire au pouvoir. J’entends par là, que la part du rêve de l’enfant que nous étions ne doit plus être bridée par nos petites peurs, nos croyances limitantes, nos incertitudes et notre manque de confiance. Plus nous renforçons notre détermination, plus nous sommes précis sur ce que nous désirons créer ou faire et plus claire sera la réponse venant des évènements extérieurs qui concourront à créer ce que nous avons imaginé.

 

La visualisation créatrice est aussi un excellent support thérapeutique, non seulement en hypnose. L’exercer sur soi, tant dans des problématiques de désordres physiques ou au quotidien permet de mieux nous rendre compte de l’étendue de la puissance de notre esprit. 

 

 

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

Dossier Aromathérapie: Soins du Corps

September 26, 2017

1/10
Please reload

Posts Récents

April 28, 2018

April 20, 2018

September 26, 2017

September 17, 2017

September 7, 2017

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags