Travailler sur Soi

March 10, 2016

 

Aujourd’hui, vous n’avez plus rien à voir avec la jeune femme fragile et tourmentée que vous décrivez dans les pages nues, quel a été le travail de fond que vous avez mené ?

 

Au moment où j’en avais le plus besoin, j’ai fait la rencontre d’un homme d’une grande intelligence, clairvoyant et pertinent. Il m’a amenée au travers de longues conversations, pendant lesquelles il utilisait toutes sortes d’histoires, drôles et émouvantes, mais aussi des réflexions philosophiques simples de la vie, à reconsidérer mes points de vue.

 

Il m’a démontré combien mes peurs et mes doutes faisaient partie de mon malaise. Mais pas seulement… Il y avait chez lui la puissance du sage de la rue, celui qui va droit au but et qui sait lire au fond du regard de chacun une part de l’inexprimable. (Ce que l’on ne veut pas dire de soi, entendre sur soi, ce que l’on ne veut pas reconnaître et surtout ce que l’on ne veut pas changer ! par peur, par habitude, par fausse conviction.)

 

Nous avons travaillé ensemble pendant 5 ans, il faut dire qu’il y avait à faire ! Réparant le passé, ajustant et organisant le présent, puis ouvrant le futur. C’est après analyse de sa technique et de nouvelles conversations avec lui portant cette fois sur ces façons bien à lui de faire, que j’ai compris ensuite comment il « enseignait ». Autodidacte, il procédait pourtant avec méthode et avait l’art de ne pas parler de ce qui me tracassait quand je venais le voir. Il détournait très rapidement le sujet de mon intérêt du moment, pour m’amener parfois vers des sentiers tout à faits incongrus. Pourtant, il plantait inlassablement les graines de mes futures réflexions.

 

Cette période, passée dans mon nid haut perché qu’était la petite maison de l’Ourika, fut certainement une des plus intéressantes et difficiles à la fois, de ma vie. Combien de fois ne me suis-je pas retrouver devant un abîme noir et terrifiant ? Combien de fois n’ai-je pas eu l’impression que j’ouvrais les portes de la boite de Pandore de mon passé, des conflits familiaux et des miens propres, avec le sentiment que j’allais tomber avant de pouvoir trouver un équilibre, une fois ces déséquilibres compris et acceptés.

 

Quels ont été les questionnements récurrents auxquels vous deviez faire face ?

 

Dans un premier temps, tous ceux relatifs à la compréhension des répercutions de mon passé. Comment ce passé avait modifié la petite fille que j’étais… Quelles étaient devenues mes convictions profondes et surtout ce qui m’avait amenée à nourrir ces sentiments de perte du respect de moi-même et cette incapacité à m’aimer, à mal aimer les autres. De mes peurs profondes, j’abordais alors celles qui dans mon présent, régissaient mes actions, freinaient mon devenir. Il y en avait tant : des peurs enfouies, des peurs culturelles, des peurs relatives au futur, ou liées à ce que je pensais être mes incapacités. Je me suis alors atteler à les reconnaître. Ce fut la première étape : établir un constat de toutes ces peurs en les nommant, puis en les observant surgir invariablement dans mes pensées. Quand je compris que la Peur est Illusion, j’ai alors commencé à les « évacuer » tout simplement de mes pensées quotidiennes.

 

L'hypnose thérapeutique n'a rien de comparable avec celle pratiquée sur les scènes de théâtres ou dans certaines émissions douteuses… Avant d’effectuer une séance d’hypnose, le thérapeute et le patient déterminent ensemble dans un premier temps les difficultés que rencontre ce dernier. Car une séance d’hypnose se prépare. Le thérapeute choisit alors un ou plusieurs protocoles qu’il utilisera alors. Le patient va rentrer alors dans une phase de relaxation plus ou moins profonde, en fonction du type de protocoles utilisés. Le patient sera alors à même de parler durant tout le temps de la séance, si cela est nécessaire, pour « mettre à jour » certains souvenirs ou encore exprimer au thérapeute ce qu’il voit, entend, ressent… Donc, le thérapeute n’endort pas son patient, le travail serait alors totalement inefficace. La personne reste bien consciente pendant une séance et en garde le contrôle. Les hypno-thérapeutes ne sont pas des magiciens et leur pratique nécessite une véritable formation. Enfin, le meilleur des hypno-thérapeutes ne peut pas obliger une personne à faire ou penser ce qu’elle ne veut pas, étant donné que ce sera son inconscient qui guidera le travail et choisira finalement les changements justes ou pas à effectuer.

 

On pourrait comparer cela à une déprogrammation volontaire. Je suis alors devenue l’observatrice extérieure de mon mode de penser. Il y avait des peurs, mais aussi des doutes et beaucoup de négativité cachée dans les phrases les plus anodines de mon quotidien : «Tu n’as pas bonne mine ce matin, Tu es nulle, tu ne sais même pas changer une bouteille de gaz, Tu n’y arriveras jamais », etc. La liste est longue quand on l’établie sur une seule semaine !

Please reload

Posts à l'affiche

Dossier Aromathérapie: Soins du Corps

September 26, 2017

1/10
Please reload

Posts Récents

April 28, 2018

April 20, 2018

September 26, 2017

September 17, 2017

September 7, 2017

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags